Rechercher
  • Philippe Prioton

Interview d'Anaïs Nin (1970)



Anaïs Nin née le 21 février 1903 à Neuilly-sur-Seine et morte le 14 janvier 1977 à Los Angeles, de parents originaires de Cuba. Elle doit sa notoriété à la publication de journaux intimes qui s'étalent sur plusieurs décennies et offrant une vision profonde de sa vie privée et de ses relations. La version non censurée de ses journaux n'a pu être publiée qu'après sa mort et celle de son mari. Elle est aussi l'une des premières femmes à arriver à faire publier des ouvrages érotiques.


Après la séparation de ses parents en 1914, la mère d'Anaïs part s'établir à New York avec sa fille et ses deux fils.


À 14 ans, Anaïs Nin quitte l'école et commence à travailler comme mannequin. En 1923, elle épouse Hugh Parker Guiler dit « Ian Hugo ». L'année suivante, ils s'installent à Paris. Sept ans plus tard, ils emménagent à Louveciennes, où Anaïs invite Henry Miller.


Nin se lance dans l'écriture, sa première œuvre est un livre sur D. H. Lawrence. Elle explore également le domaine de la psychanalyse, étudiant notamment avec Otto Rank, un disciple de Sigmund Freud. En décembre 1935, elle rencontre au cabaret Le Monocle, à Paris, une jeune femme, Frede. À son retour en France en 1936, elle entretient une relation amoureuse avec Gonzalo Moré et son épouse, la danseuse péruvienne Helba Huara. En 1955, elle épouse Rupert Pole en Californie sans avoir divorcé de Guiler.


Nin est l'amie de beaucoup d'écrivains de premier plan, dont Antonin Artaud, Henry Miller, Edmund Wilson, Gore Vidal. Avec certains, elle entretient, outre l'amitié, des rapports intimes. Son amitié et son amour passionnés pour Henry Miller et son épouse, June influencent fortement la femme et l'autrice.


A l'automne 1955, elle se porte volontaire pour prendre du LSD sous la surveillance du psychiatre américain Oscar Janiger dans le but de décrire l’expérience psychédélique. L'analyse de cette expérience tient une part importante dans le sixième volume de son Journal.


En 1973, elle est nommée docteur honoris causa du Philadelphia College of Art. Elle est élue membre du National Institute of Arts and Letters en 1974. Elle meurt d'un cancer à Los Angeles en 1977. Son corps est incinéré et ses cendres dispersées dans la baie de Santa Monica.


Anaïs Nin devient célèbre grâce à ses journaux intimes et secrets. Au départ, à l'âge de onze ans, cette pratique d'écriture intime prend la forme d'une lettre adressée à son père qui a abandonné la famille. Par la suite, elle tient son journal de façon assidue jusqu'à sa mort. La seconde publication se présente comme le Journal authentique, le plus proche de la vérité des faits. Ces écrits transcrivent avec brio ses rencontres amoureuses, artistiques ou analytiques, avec des écrivains et artistes comme Henry Miller ou Antonin Artaud.


Anaïs Nin est également appréciée pour ses œuvres érotiques. Avant elle, très peu de femmes s'étaient lancées dans ce champ de la littérature. Nin, confrontée dans les années 1940 à d'importants problèmes financiers, rédige les nouvelles du Delta of Venus pour un dollar la page (traduit sous le titre de Vénus érotica). Son écriture, scandaleusement explicite pour son époque, met un accent particulier sur la bisexualité féminine.


Dans l'entrevue que je vous propose de découvrir, accordée à Fernand Seguin, la célèbre écrivaine dévoile les principaux traits de sa personnalité en évoquant les différents âges de sa vie. Anaïs Nin raconte sa vie et l'écriture en parallèle de son journal depuis cinquante ans. Elle raconte sa jeunesse, sa relation compliquée avec son père, ses rencontres fondamentales avec de nombreux artistes célèbres comme Henry Miller et Antonin Artaud. Elle aborde son oeuvre romanesque.


Elle explique son refus d'un engagement politique, mais ses relations étroites avec la jeunesse américaine anticonformiste des années 1960-19070.



Source vidéo: Youtube/Le sel de la semaine, 18 juin 1970 Animateur : Fernand Seguin

Source du texte : Wikipedia.

4 vues0 commentaire